Les mots en caractères gras et avec un astérisque font l'objet de leur propre définition.



ACTINIDE (voir aussi TRANSURANIEN)
Élément chimique dont le noyau contient plus de 88 protons. Ce sont dans l'ordre, l'actinium, le thorium, le protactinium, l'uranium et les transuraniens*. On appelle souvent actinides mineurs le neptunium, l'américium et le curium.

ALPHA (rayonnement) (Voir "RADIOACTIVITE")

ASSEMBLAGE, ASSEMBLAGE COMBUSTIBLE
(Voir "ELEMENT COMBUSTIBLE")

ATOME

Constituant de base des éléments chimiques formant la matière. Sa structure est représentée par un noyau constitué de particules électriquement positives ou neutres (protons et neutrons), autour duquel gravitent des particules électriquement négatives (électrons).

BARRIERE (DE CONFINEMENT)
Dispositif capable d'empêcher ou de limiter la dispersion de matières radioactives.

BECQUEREL (Bq) (Voir aussi "RADIOACTIVITE")
Unité de mesure de l'activité nucléaire (1Bq = 1 désintégration de noyau atomique par seconde). Le Becquerel est une unité très petite ! Un corps humain a une activité voisine de 8000 Bq.

BETA
(rayonnement) (Voir "RADIOACTIVITE")

BIOMASSE
Source d'énergie d'origine végétale (bois de chauffe, déchets agricoles, bagasses, etc.) ou animale (bouses de ruminants par exemple).

CALOPORTEUR (ou REFRIGERANT)
Fluide circulant dans le cœur* d'un réacteur* nucléaire pour en évacuer la chaleur.

CHARBON
Combustible minéral solide constitué principalement de carbone. Le charbon provient de la décomposition sous terre de forêts très anciennes.

CHATEAU DE TRANSPORT
Emballage spécialement conçu pour confiner totalement certaines matières radioactives (combustibles usés, déchets vitrifiés…) pendant leur transport et résister à d'éventuels accidents.

COEUR
Région d'un réacteur* nucléaire à fission* comprenant le combustible* nucléaire et agencée pour être le siège d'une réaction de fission en chaîne*.

COMBUSTIBLE NUCLEAIRE
Produit qui, contenant des matières fissiles, fournit l'énergie dans le cœur d'un réacteur en entretenant la réaction en chaîne.

CONFINEMENT (Voir "ZONE DE CONFINEMENT")

CONTAMINATION
(Voir aussi "RADIACTIVITE", "RAYONNEMENT", "DOSE")
Présence à un niveau indésirable de substances radioactives (poussières ou liquides) à la surface ou à l'intérieur d'un milieu quelconque. La contamination pour l'homme peut être externe (sur la peau) ou interne (par respiration ou ingestion).

CRAYON COMBUSTIBLE

Tube métallique (long d'environ 4 m et d'environ 1 cm de diamètre) empli de pastilles (environ 300) de combustible nucléaire*.

CRITICITE (adj. CRITIQUE, SOUS-CRITIQUE, SUR-CRITIQUE)

Un milieu contenant un matériau nucléaire fissile devient critique lorsque le taux de production de neutrons (par les fissions* de ce matériau) est exactement égal au taux de disparition des neutrons (absorptions et fuites à l'extérieur).

CYCLE DU COMBUSTIBLE
Ensemble des opérations industrielles auquel est soumis le combustible nucléaire*. Ces opérations comprennent notamment : l'extraction, le traitement du minerai d'uranium, la conversion, l'enrichissement* de l'uranium, la fabrication du combustible*, le traitement* des combustibles usés, le recyclage des matières fissiles récupérées et la gestion des déchets*. Le cycle du combustible est dit "fermé" s'il comprend le traitement du combustible usé et le recyclage de matières fissiles issues du traitement. Le cycle "ouvert" ou "à un seul passage" comprend le dépôt définitif du combustible après son utilisation dans le réacteur.

DECHETS RADIOACTIFS
Sous-produits non valorisables de l'industrie, la recherche et la médecine nucléaires ; on les classe en fonction de leur radioactivité* et de la période* des radioéléments qu’ils contiennent.

DECROISSANCE RADIOACTIVE OU DESACTIVATION (decay)
Diminution naturelle de l'activité nucléaire d'une substance radioactive par désintégrations spontanées.

DEFENSE EN PROFONDEUR
Lignes de défense successives aptes à prévenir l'apparition ou, le cas échéant, à limiter les conséquences de défaillances techniques ou humaines susceptibles de conduire à des situations accidentelles.

DEMANTELEMENT
Terme recouvrant toutes les étapes qui suivent la mise à l'arrêt d'une installation nucléaire ou minière en fin d'exploitation, depuis sa fermeture jusqu'à l'élimination de la radioactivité* sur le site, en passant par le démontage physique et la décontamination de toutes les installations et équipements non réutilisables.

DÉVELOPPEMENT DURABLE
Mode de vie en société qui permet de satisfaire les besoins d’une génération sans compromettre la satisfaction des besoins des générations futures.

DIFFUSION GAZEUSE (Voir aussi "ENRICHISSEMENT")
Procédé de séparation d'espèces moléculaires, basé sur la différence de vitesse de passage de ces molécules (due à leur différence de masse et de taille) au travers d'une membrane semi-perméable ; c'est ainsi que sont séparés les hexafluorures d'uranium* 235UF6 et 238UF6, permettant l'enrichissement* du combustible nucléaire en 235U.

DOSE
Mesure caractérisant l'exposition des personnes soumises à des rayonnements*.
- Dose absorbée : quantité d'énergie absorbée par la matière (vivante ou inerte) exposée aux rayonnements. Elle s'exprime en gray (Gy), ou joule/kg.
- Dose équivalente : dans les organismes vivants, les effets produits par une même dose absorbée sont différents selon la nature des rayonnements (X, alpha*, bêta* et gamma*). Pour tenir compte de ces différences, on utilise un facteur multiplicatif de la dose (appelé "facteur de qualité") qui permet de calculer une "dose équivalente".
- Dose efficace : somme des doses équivalentes pondérées délivrées aux différents tissus et organes du corps par l'irradiation interne et externe. L'unité de dose efficace est le sievert (Sv).

Ainsi par exemple, la dose moyenne d'exposition annuelle d'origine naturelle (sol, cosmos…) de la population en France est de 2,4 mSv/personne.

EAU ORDINAIRE ou "LEGERE"
(Voir aussi "REACTEUR")
Eau ordinaire (H2O), à distinguer de l'eau lourde (D2O) qui est une combinaison d'oxygène et de deutérium (atome d'hydrogène lourd). Elle est utilisée à la fois pour refroidir le combustible* et pour ralentir les neutrons afin de provoquer la fission* dans certains réacteurs*.

ECHELLE INES
L'échelle INES (International Nuclear Event Scale) est une échelle internationale de définition de la gravité d'un événement survenant dans une installation nucléaire. A l'instar de ce qui existe dans le domaine du séisme ou des avalanches par exemple, cette échelle est un outil d'information à l'attention des médias et du public. Les événements sont classés, par gravité croissante, du niveau 0 au niveau 7. A ce jour, l'accident de Tchernobyl le seul accident classé au niveau 7.

ÉLECTRICITÉ
Forme d’énergie associée au déplacement d’électrons dans un corps "conducteur".

ÉLECTRON
Particule fondamentale de masse très petite portant une charge électrique négative. L’électron est l’un des constituants des atomes*.

ELEMENT COMBUSTIBLE (ou assemblage)
Assemblage solidaire de crayons remplis de pastilles d'uranium ou de MOX (dans le ces des réacteurs à eau ordinaire ou à eau lourde). Suivant les types de centrales, le cœur du réacteur contient entre 100 et 200 assemblages de combustible.

ENERGIE
Au sens de la Physique, l’énergie est la propriété d’un système capable de produire de la chaleur ou du travail mécanique.

ENRICHISSEMENT
Procédé par lequel on accroît la teneur en isotopes* fissiles d'un élément. Ainsi, l'uranium* est constitué, à l'état naturel, de 0,7 % de 235U (fissile) et de 99,3 % de 238U (non fissile). Pour le rendre efficacement utilisable dans un réacteur* à eau pressurisée, la proportion de 235U est portée aux environs de 3 à 4 %.

ENTREPOSAGE (voir aussi STOCKAGE)
Dépôt temporaire sous surveillance de déchets radioactifs.

ENVIRONNEMENT
Ensemble des conditions naturelles et sociologiques dans lesquelles l’Homme se développe et qui constituent son cadre de vie sur Terre.

ÉOLIENNE
Appareil qui recueille l’énergie du vent et la transforme en électricité.

EXPOSITION
Exposition d'un organisme à une source de rayonnement* caractérisée par la dose* reçue.
- Exposition externe : exposition pour laquelle la source de rayonnement est située à l'extérieur de l'organisme.
- Exposition interne : exposition pour laquelle la source de rayonnement est située à l'intérieur de l'organisme.

FERTILE
Se dit d'un nucléide susceptible d'être transformé par capture d'un neutron en nucléide fissile*.

FILIERE (DE REACTEURS)
Famille de réacteurs présentant des caractéristiques générales communes. Exemples : REP, RNR, etc.

FISSILE
Se dit d'un nucléide capable de subir la fission* sous l'effet de neutrons même peu énergétiques. Exemples : 233U, 235U, 239Pu, 241Pu. (Les neutrons de haute énergie peuvent provoquer la fission de presque tous les noyaux lourds).

FISSION
Éclatement, généralement après absorption d'un neutron, d'un noyau lourd en deux noyaux plus petits (produits de fission), accompagné d'émission de neutrons, de rayonnements* et d'un important dégagement de chaleur. Cette libération importante d'énergie, sous forme de chaleur, constitue le fondement de la génération d'électricité d'origine nucléaire.

GAINE
Tube métallique étanche qui enveloppe le combustible* nucléaire pour le protéger de la corrosion par le caloporteur* et empêcher la dispersion des produits de fission*. La gaine constitue la "première barrière*".

GAMMA (rayonnement) (Voir "RADIOACTIVITE")

GAZ NATUREL
Essentiellement du méthane CH4

HEXAFLUORURE D'URANIUM (UF6)
L'uranium contenu dans les combustibles nucléaires* doit être enrichi en 235U fissile. L'enrichissement* se fait par diffusion gazeuse* ou ultracentrifugation*, aussi l'uranium est-il tout d'abord converti en un gaz appelé "hexafluorure d'uranium".


IRRADIATION (Voir aussi "DOSE")
Exposition à un rayonnement* et, par extension, effet d'une exposition à un rayonnement.

ISOTOPES
Éléments dont les atomes* possèdent le même nombre d'électrons et de protons, mais un nombre différent de neutrons. Il existe par exemple trois isotopes d'uranium : 234U (92 protons, 92 électrons, 142 neutrons), 235U (92 protons, 92 électrons, 143 neutrons), 238U (92 protons, 92 électrons, 146 neutrons). Un élément chimique donné peut donc comprendre plusieurs isotopes différents par leur nombre de neutrons. Tous les isotopes d'un même élément ont les mêmes propriétés chimiques, mais des propriétés physiques différentes (masse en particulier).

KIRCHHOFF (lois de)
Les lois de Kirchhoff décrivent la façon dont un courant électrique se répartit entre les différentes branches d’un réseau maillé : la somme des intensités qui entrent dans un nœud du réseau doit être égale à la somme des intensités qui en sortent, et la différence de potentiel entre deux nœuds est la même, quel que soit le trajet emprunté par le courant.

LIGNITE
Charbon de basse qualité avec un fort contenu en cendres et en eau.

LIXIVIATION
Extraction de certains composés contenus dans un milieu pulvérulent, perméable ou poreux, par passage d'un solvant approprié, qui s'écoule naturellement au travers de la masse à traiter.

MODERATEUR
Matériau destiné à ralentir les neutrons issus de la fission*.

MOX
("Mixed Oxydes") : mélange d'oxydes d'uranium* et de plutonium* destiné à la fabrication de certains combustibles nucléaires*.

PERIODE RADIOACTIVE
Temps au bout duquel la moitié des atomes*, contenus dans un échantillon de substance radioactive, se sont naturellement désintégrés. La radioactivité* de la substance a donc diminué de moitié. La période radioactive varie avec les caractéristiques de chaque radioélément :
- 8 jours pour l'iode 131
- 30 ans pour le césium 137
- 4,5 milliards d'année pour l'U238.
Aucune action physique extérieure n'est capable de modifier la période d'un radioélément* (Sauf à le "transmuter", par exemple par capture d'un neutron).

PÉTROLE
Huile minérale naturelle utilisée principalement comme source de carburant.

PISCINE D'ENTREPOSAGE DES ELEMENTS COMBUSTIBLES
Bassins dans lesquels est entreposé le combustible* usé après le déchargement d'un réacteur*, pour laisser les assemblages perdre la plus grande partie de leur radioactivité* par décroissance radioactive. L'eau permet de protéger le personnel contre les radiations* émises par les combustibles usés

PLASMA (voir FUSION THERMONUCLEAIRE)
Gaz ionisé. Etat de la matière à très haute température où les ions et les électrons sont dissociés.

PLUTONIUM
Élément de numéro atomique 94 et de symbole Pu. Le plutonium239, isotope* fissile, est produit dans les réacteurs nucléaires* à partir d'uranium238.

POISON NEUTRONIQUE

Substance qui, placée ou produite dans un réacteur* nucléaire, contrarie la réaction en chaîne* en absorbant des neutrons.

PRODUITS DE FISSION
Fragments de noyaux lourds produits par la fission* nucléaire (fragmentation des noyaux de 235U ou de 239Pu) ou la désintégration radioactive ultérieure de nucléides formés selon ce processus. L'ensemble des fragments de fission et de leurs descendants sont appelés "produits de fission".

PUISSANCE RESIDUELLE
Dans un réacteur* nucléaire à l'arrêt, puissance dégagée par la radioactivité du combustible* nucléaire et des autres matériaux.

RADIATION (Voir aussi "RAYONNEMENT")
Mot synonyme de rayonnement qui désigne une transmission d'énergie sous forme lumineuse, électromagnétique ou corpusculaire.

RADIOACTIVITE (Voir aussi "DOSE", "BECQUEREL", "RAYONNEMENT")
Émission, par un élément chimique, d'un flux d'ondes électromagnétiques et/ou de particules, ayant pour origine une modification dans l'arrangement de son noyau ; l'émission peut être spontanée (radioactivité naturelle de certains atomes instables) ou induite (radioactivité artificielle). On distingue :
- La radioactivité par émission de "particules alpha (assemblage de 2 protons et 2 neutrons), dite "rayonnement alpha".
- Les particules composant le rayonnement alpha sont des noyaux d'hélium 4, fortement ionisants mais très peu pénétrants. Une simple feuille de papier est suffisante pour arrêter leur propagation.
- La radioactivité par émission d'électrons, dite "rayonnement bêta".
- Les particules composant le rayonnement bêta sont des électrons de charge négative ou positive. Un écran de quelques mètres d'air ou une simple feuille d'aluminium suffisent à les arrêter.
- La radioactivité par émission d'ondes électromagnétiques, dite "rayonnement gamma".
- Rayonnement électromagnétique, de même nature que la lumière et les rayons X. De fortes épaisseurs de matériaux compacts (bétons, plomb,...) sont nécessaires pour les arrêter.

On regroupe l'ensemble de ces rayonnements sous l'appellation générique de "rayonnements ionisants". La radioactivité d'une quantité isolée d'un élément diminue avec le temps, au fur et à mesure que les noyaux instables disparaissent. La période* ou demi-vie est le temps nécessaire à la réduction de moitié de la radioactivité d'une substance radioactive.

RADIOELEMENT (ou radio nucléide)
Toute substance radioactive. Seul un petit nombre de radioéléments existent naturellement : il s'agit de quelques éléments lourds (thorium, uranium*, radium...) et de quelques éléments légers (carbone 14, potassium 40). Les autres, dont le nombre dépasse 1 500, sont créés artificiellement en laboratoire pour des applications médicales ou dans les réacteurs nucléaires* sous forme de produits de fission.

RADON

Gaz radioactif naturel contenu dans le sol. Il gagne l'atmosphère par les fissures et cavités naturelles du sol, et peut, faute d'aération, s'accumuler dans les grottes, les caves, les habitations…

RAYONNEMENT, RAYONNEMENT IONISANT
(Voir aussi "RADIOACTIVITE")
Flux d'ondes électromagnétiques (comme les ondes radio, les ondes lumineuses, les rayons UV ou X, les rayons cosmiques,…), de particules de matière (électrons, protons, neutrons…), ou de groupement de ces particules. Ces flux portent une énergie proportionnelle à la fréquence des ondes ou à la vitesse des particules. Leur effet sur les objets irradiés est souvent un arrachement d'électrons aux atomes de ceux-ci, laissant sur leur trajectoire des atomes ionisés, (porteur de charges électriques) d'où leur nom générique de RAYONNEMENTS IONISANTS.

REACTEUR, REACTEUR NUCLEAIRE
Appareil dans lequel sont conduites, sous contrôle, des réactions nucléaires, dont le dégagement de chaleur associé est exploité pour former de la vapeur d'eau. Celle-ci est utilisée pour actionner une turbine entraînant un générateur électrique. Il en existe différents modèles, selon la nature du combustible, du modérateur qui permet de contrôler la réaction et du caloporteur qui permet d'évacuer la chaleur à récupérer. Le modèle actuellement utilisé par EDF utilise l'uranium légèrement enrichi comme combustible, et l'eau ordinaire sous pression comme modérateur et caloporteur (REP).

- Réacteur à Eau Bouillante (REB, BWR en anglais) : réacteur nucléaire dans lequel on utilise l'eau bouillante sous pression pour extraire la chaleur du réacteur.
- Réacteur à Eau sous Pression (REP, PWR en anglais) : réacteur nucléaire modéré et refroidi par de l'eau ordinaire, maintenue liquide dans le cœur grâce à une pression appropriée dans les conditions normales de fonctionnement.

STIRLING (moteur, cycle)

Le moteur de Stirling, ou moteur à air chaud, fonctionne avec un cycle à 4 temps (chauffage, détente, refroidissement, compression), mais la source de chaleur est extérieure au cylindre et il n’y a pas d’échappement.

STOCKAGE DE DECHETS RADIOACTIFS (voir aussi ENTREPOSAGE)
Opération de gestion des déchets radioactifs consistant à les déposer, après conditionnement, dans un espace spécialement aménagé susceptible d'en garantir le confinement* sans limitation de durée.

SURETE NUCLEAIRE
La sûreté nucléaire comprend l'ensemble de dispositions prises à tous les stades de la conception, de la construction, de l'exploitation et de l'arrêt définitif d'une installation nucléaire, pour en assurer un fonctionnement sûr et pour prévenir les incidents et en limiter les effets.

SURGENERATEUR (SURGENERATION)
Se dit d'un réacteur* qui, par conversion de matière fertile*, produit plus de matière fissile* qu'il n'en consomme.

TENEUR ISOTOPIQUE
Rapport du nombre des atomes d'un isotope* donné d'un élément au nombre total des atomes* de cet élément contenus dans une matière. Elle est exprimée en pourcentage.

TRAITEMENT DES COMBUSTIBLES USÉS (ou retraitement)
Traitement des combustibles usés pour en extraire les matières fissiles et fertiles (uranium* et plutonium*) de façon à permettre leur réutilisation, et pour conditionner les différents déchets* sous une forme apte au stockage. Les produits de fission et les transuraniens* sont vitrifiés.

TRANSURANIENS (voir aussi ACTINIDES)
Eléments chimiques dont le noyau contient plus de protons que celui de l'uranium*. Les premiers transuraniens sont, dans l'ordre croissant, le neptunium, le plutonium*, l'américium et le curium.

ULTRACENTRIFUGATION
Procédé d'enrichissement* qui consiste à faire tourner à grande vitesse un mélange gazeux d'isotopes*, afin d'utiliser la force centrifuge pour modifier la composition du mélange.

URANIUM
Élément chimique de numéro atomique 92 et de symbole U, possédant trois isotopes* naturels : 234U, 235U (0,71 %) et 238U (99,28 %). 235U est le seul nucléide fissile naturel, une qualité qui explique son utilisation comme source d'énergie.

URANIUM ENRICHI, APPAUVRI

Avant d'être utilisé dans la fabrication des éléments combustibles*, l'uranium naturel est enrichi en U235 (les teneurs en U235 vont alors de 3 % à 5 %). L'uranium enrichi en U235 est obtenu, à partir d'uranium naturel, par séparation isotopique, ce qui laisse en sous-produit un uranium "appauvri" de teneur en U235 plus faible que la teneur naturelle.

VITRIFICATION

Opération visant à solidifier, par mélange à haute température avec une pâte vitreuse, des solutions concentrées de produits de fission et de transuraniens extraits par le traitement du combustible usé.

YELLOWCAKE

Concentré d'uranium à environ 80 %.